Fantôme, c’est le nom qu’on t’a donné quand on t’a recueilli, car tu n’étais plus que l’ombre de toi même…

Mais avec tout l’amour que nous t’avons apporté, tu as repris goût à la vie et tu as repris toutes les forces nécessaires.

Ce matou castré, âgé d’environ 8 ans, a été retrouvé dans un état pitoyable du côté de Lure (70).

Aujourd’hui, notre loulou attend une famille qui saura lui faire oublier tout le calvaire qu’il a vécu, et qui saura lui donner tout plein d’amour et de caresses.

Un grand merci à Céline, qui a pris en charge Fantôme, et qui lui a donné tout l’amour lui permettant de se battre comme un chef. Merci aussi pour le texte ci-dessous, écrit avec le coeur.

Fantome1

On m’a dit : tu dois te présenter p’tit nouveau, les gens doivent savoir que tu es là, doivent connaître ton histoire, et tu verras que tu seras soutenu, ce sera magique, plein de messages juste pour toi petit gars inconnu, et peut être même l’assoc sera aidée pour ce qu’elle essaie de faire pour toi, et pour le prochain, et oui tu le sais … y en a encore beaucoup comme toi dehors …

Alors me voilà… je me présente, je m’appelle Fantôme, c’est le nom que l’on m’a donné quand on a commencé à vouloir me sauver… A ce qu’il paraît, on arrive avec notre aura, nous autres les éclopés, les abandonnés, les laissés pour compte, et cette aura donne un mot, un thème, une histoire.
La première pensée qui est arrivée avec moi était fantôme … Pour dire à quel point j’étais abimé… Abimé par la vie, abimé par l’abandon total de tous ceux qui ont croisé ma route. Et il me va bien ce p’tit nom. Je l’aime bien aujourd’hui, j’y réponds même, il faut dire qu’il est souvent collé à un délicieux apport de nourriture gratuite.

Elle n’a pas été souvent gratuite pour moi cette nourriture, il fut un temps oui, où j’étais au chaud, mais je ne me souviens guère de tout cela, une vague notion de chaleur, de bien être, trop vite gachée, trop vite tachée. Mon cerveau a fait le tri et ne se souvient plus de tout cela, ni de ce qu’il s’est passé ensuite.

Je me souviens juste de ces rues parcourues, ces regards de dégoûts, ces regards malheureux mais totalement, et surtout soit-disant, impuissants. Jusqu’à cette personne qui m’a regardé, qui m’a regardé moi, qui a été dégoutée et outrée de la vie qui m’avait trainée jusque là, dégoutée et outrée de tous les humains qui m’ont vu et m’ont ignoré, laissé là promis à une mort lente et douloureuse tremblant de froid et de faim. Mon histoire ? Tellement banale … je suis le chat, le chat de tout le monde et de personne, comme tous les autres. A finir dans la rue, miteux, moche, puant, vieux, j’ai chopé les virus qui passaient par là. La vie n’est pas assez cruelle, qu’il faut y rajouter la douleur d’un ulcère me transperçant l’entièreté de la langue …. Encore aujourd’hui que je suis guéri, j’appréhende la douleur terrible que je ressentais lorsque je mangeais, et grince des dents pour la faire fuir lorsque je finis ma gamelle.
J’ai repris des couleurs, je sens bon, je dois encore être en soin parce que mon organisme me lache de temps à autre. Mais je suis au chaud, j’ai une belle grosse couverture propre tous les jours, j’ai beau faire n’importe où, on ne me renie plus pour autant, on me nettoie, on prend soin de moi.
Je suis Fantome et fier de l’être, j’ai vécu l’innommable, l’atrocité, la souffrance, l’abandon, et aujourd’hui je revis. Je ne suis plus tout jeune, mais si tu veux me faire partager un petit bout de ta vie, adopte moi, pour que mon meilleur reste à venir, et me faire oublier le pire.
Je suis Fantome, je suis en vie

One thought on “Fantôme

  1. PAS DE MOTS… petit fantôme, une grand-mère te prend dans son coeur à défaut de pouvoir te prendre chez elle…
    Appel aux grands-mères encore bien en forme qui serait séduites par un regard si profond… BRAVO POUR TON COURAGE, petit, et bravo à ceux qui t’ont soigné…